Accueil

  Association à but non lucratif dont l’objectif est d’apporter un soutien psychologique
aux victimes et aux auteurs de violences au sein du couple.
Articles récents

Missions

« Rien d’essentiel ne sera fait si on ne se laisse pas convoquer par l’autre » J. Derrida

Les symptômes que les personnes en difficultés psychosociales donnent à voir et à entendre, comme autant de signes d’une souffrance «psychique» du point de vue du sujet, peuvent tout autant être qualifiés de souffrance sociale.

La diversité de ces manifestations cliniques, souvent diffuse, se déploie à partir de problématiques sociales très concrètes, comme un divorce, la violence, la perte ou le non accès à l’emploi, à la formation, au logement, aux loisirs, aux structures d’aide sociale ou de soins, aux difficultés à communiquer au sein de sa famille, aux devoirs de parentalité. En fonction notamment de leur histoire de leur culture d’origine, de leur niveau d’étude, «le mal-être» touche différemment les personnes qui y sont exposées.

Elle peut aussi avoir, aux détours de conditions familiales particulières ou trajectoires individuelles, des conséquences plus ou moins graves, tant sur le plan psychique que socio-économique.

Le projet d’Alliance Pays d’Arles a trouvé sa place dans une logique conjuguant une clinique au cœur du social, des compétences nourries d’une connaissance théorique indispensable des processus familiaux ou de perte de contrôle des sujets et d’une éthique de partage et de solidarité.

Le cadre des missions Alliance PA, défini comme «filet institutionnel» (F. Tosquelle – psychiatre) ou comme «fonction contenante» (P. Delon ), s’élabore en prenant en compte la structuration interne du sujet qui se complète d’une structuration externe, incluant la famille, d’un côté et l’espace social et collectif de l’autre. C’est lorsqu’un de ces deux axes défaille et se délie que le mal-être, voire le(s) symptôme(s), apparaissent de façon dominante.

Les missions d’Alliance Pays d’Arles développent la spécificité clinique de la souffrance en prenant en considération le mode d’intervention, l’adresse et les repères possibles pour les sujets les plus graves.